Kenrokuen garden

Le WWOOFing au Japon

Un Voyage en entraînant un autre… me voilà repartie au Japon, pour une expérience tout à fait différente cette fois-ci. Car durant ce voyage :

  • Je voyage seule ( en connaissant seulement 20 mots de japonais🙂).
  • Je vais traverser les 4 îles principales du Japon, en deux mois, dont Hokkaido et Shikoku que je ne connais absolument pas.
  • Je vais me plonger dans la culture nippone en partageant le quotidien de deux familles japonaises qui m’acceuillent chaleureusement.
  • Je vais apprendre de nouveaux métiers autour de l‘agriculture biologique.

Et tout cela est possible grâce au Wwoofing, qui permet aux voyageurs de bénéficier du gîte et du couvert en échange de quelques heures de travail par jour, dans une ferme biologique ou tout autres activités aux préoccupations écologiques. Contrairement au working holidays, le wwofing est accessible après 30 ans, et s’apparente plus à du bénévolat qu’à du travail car il n’y a aucune rémunération. Les conditions changent selon les pays, et pour ceux qui connaissent déjà cette forme de bénévolat, ne vous y trompez pas : le wwoofeur se voit proposer en général 3h ou 4h de travail par jour, mais au Japon c’est au minimum 6h, à quoi il faut ajouter les tâches du quotidien. On ne rigole pas avec le travail au pays du soleil levant ;).

Ce qui m’a principalement attiré dans le wwoofing c’est l’immersion dans le quotidien des japonais, ce que je n’ai jamais eu l’occasion d’expérimenter lors de mes voyages passés. J’ai aussi été séduite par l’opportunité d’apprendre des métiers autour de l’environnement. Je renoue avec mes premiers amours puisqu’il y a une quinzaine d’années, j’entamais des études en agronomie et environnement, suite à quoi je me suis reconvertie dans le graphisme. Mais comme je le dis souvent, tout ce que l’on apprend dans la vie nous sert un jour ou l’autre.

Je vais donc expérimenter le woofing durant 3 semaines auprès de la famille de Hiroshi Ui à Hokkaido, l’île nord du Japon, et 2 semaines avec la famille de Kayo Kamo, dans la région de Miyazaki, sur l’île sud. Hiroshi Ui est un quinquagénaire passionné de musique et de bonne bouffe (ça nous fait déjà deux points commun), auprès de qui je vais apprendre à recolter les citrouilles, maïs et patates douces (hummmm!). Je vais également l’aider à organiser la mise en place d’un restaurant éphémère, le temps d’un weekend, le pied pour une gourmande comme moi !

Dresseur de chiens, Kayo Kamo est une femme pimpante (ça se sent déjà à ses emails), la quarantaine, mariée, 2 enfants, 5 chiens, 1 cheval, 30 poules, 30 canards. Le weekend, elle tient un café où elle vend des petites douceurs faites maison. Je vais donc l’aider à s’occuper de sa petite ferme familiale, son café et l’aider à vendre ses produits homemade.

Je sens déjà que je vais vivre une chouette expérience auprès d’eux et je vous ferais découvrir tout ça prochainement.

Ja mata ne ! (à bientôt)

Advertisements

Une réflexion sur “ Le WWOOFing au Japon ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s