road trip au rajasthan

Roadtrip au Rajasthan – 2eme partie

Dans cet article :

Le village des éléphants de Jaipur

Comme évoqué dans l’article précédent, je reste mitigée sur ce village des éléphants.

Je rêvais de pouvoir approcher ces pachydermes si impressionnants,
tant par leur force que par leur intelligence. Je me suis dis que l’Inde était certainement le meilleur endroit pour le faire. L’éléphant y a tellement de symboles : symbole de chance et de bienvenue, représentation de Ganesh et fière monture des Maharajas d’antan.

Les éléphants y sont effectivement bien traités, et pourtant… ce pauvre village fait grise mine ! Aucune végétation alentours, seulement du sable. Oui d’accord nous sommes dans le Rajasthan, la région la plus aride de l’Inde, mais tout de même, je plains un peu ces éléphants.

rencontre avec Rangoli, une femelle éléphant
Rencontre avec Rangoli, une femelle éléphant.

On y fait tout de même une jolie rencontre… celle de Rangoli, une impressionnante femelle éléphant, dont le prénom signifie «colorée ». On commence par lui donner de la canne à sucre et des bananes, son met favoris, pendant un long moment. Cela nous permet de faire connaissance, l’observer manger, la caresser… une expérience assez étrange : un contact assez bizarre avec sa peau rugueuse et plissée, parsemée de poils ci et là. Bref, vous l’aurez compris, l’éléphant n’est pas l’animal le plus agréable à caresser, mais quelle belle rencontre !

peinture sur éléphant
Expérimentation de la peinture sur éléphant 🙂

Nous avons aussi expérimenté la peinture sur éléphant, moins facile qu’il n’y parait ! Olivier a certainement mis plus de peinture par terre que sur l’éléphant ;). Toute fière de moi, je commençais à m’embarquer dans une oeuvre artistique dantesque sur toile vivante… mais le soigneur a insisté pour que nous écrivions nos prénoms sur l’éléphant, et hop un petit selfie à trois ! Aïe le cliché ! Ecrire son nom sur un éléphant… c’est un peu prétentieux non ? A la place de Rangoli je n’aurais pas apprécié que quelqu’un écrive son nom sur moi, comme sur un vulgaire cahier d’école primaire !

Ranthambore, le territoire des tigres

Ahhh Ranthambore ! Enfin une bouffée d’oxygène dans cette jungle humaine ! Un peu de verdure au milieu du désert. Alors oui, comme le reste de la région, Ranthambore est malheureusement devenue touristique et nous avons croisé pas mal de personnes venues faire un safari dans ce magnifique parc national. Armés de jumelles et de gros objectifs, ils sont tous prêts à en découdre pour débusquer Sherkan le tigre !

Durant la première heure, on y découvre toutes sortes d’oiseaux, des singes, des chitals… Nous n’avons pas grand espoir d’apercevoir un tigre, sachant qu’il y en a seulement 4 dans notre zone, étendue sur quelques kilomètres.

safari de ranthambore
En route pour la « chasse » au tigre dans notre canter.

Notre canter et quelques jeeps, se postent près d’un point d’eau, en espérant qu’un tigre vienne s’y désaltérer. On attend 20 bonnes minutes, et soudain on entend un wrrroooooaaaarrrrrrrrwwwwrrr.

Olivier doute et me dit « mouai c’est un montage sonore ou un gars du staff qui gueule»… oui il est devenu parano depuis New Delhi ;D. Et bien si ! C’était bien Sherkan le tigre ! On était tous comme des gosses, à le suivre en jeep et en canter. Nous avons pu l’observer déambuler dans le parc une bonne demi-heure. C’était un vrai beau moment !sherkan-le-tigre

Pushkar, la petite ville baba-cool

Petite ville paisible, Pushkar est, pour la plupart des voyageurs, un lieu de pèlerinage. Ses petits temples hindous, et surtout le lac au centre de la ville, attirent plus de touristes que les autres villes. Et pourtant, pour Olivier et moi, cette petite ville fait partie des lieux que l’on a vraiment appréciés en Inde.

Pushkar
Ruelles du marché de Pushkar.

L’ambiance y est paisible ; la ville est encerclée de petites montagnes et de plaines désertiques où l’on aime vagabonder ; le centre ville est un immense marché hauts en couleurs et en odeurs. Des effluves d’épices et de pâtisseries viennent souvent nous chatouiller les narines. Il n’est pas rare de croiser des singes se baladant dans les ruelles, en sautant de toits en toits. Ils se prennent d’ailleurs souvent des petits coups de badine des commerçants qui ne veulent pas que ces petites crapules agiles viennent se servir sur leurs étales. Pushkar est vraiment une charmante petite ville que je recommande chaudement.

temple de savitri
En chemin pour le temple de Savitri, au sommet de la montagne.

Des villes hautes en couleurs

Après Jaipur, la ville rose, nous avons aussi pu admirer Udaipur la ville blanche, Jodhpur la ville bleue et Jaisalmer la cité d’or.

royal palace d'Udaipur
Le Royal Palace d’Udaipur.

Udaipur et Jodhpur ont toutes deux été construites autour d’un fort magnifique, surplombant la ville. Le plus beau étant sans conteste celui d’Udaipur. Cependant j’ai personnellement préféré la ville de Jodhpur pour l’ambiance de ses ruelles et du marché sur la grande place de la « clock tower ».

bollywood
Bollywood time !

Nous avons profité de quelques jours au calme dans cette ville, pour enfin nous offrir une petite séance de cinéma et s’immerger dans la culture Bollywood. A notre grande déception, il n’y avait aucun film en anglais… soit ! Nous avons tenté une petite comédie romantique en hindi, pas trop compliquée à comprendre. Heureusement qu’Il y avait beaucoup de termes en anglais pour nous aider à suivre. Les cinémas indiens sont vraiment bien équipés et confortables. L’entrée n’est pas très chère (160 roupies, l’équivalent de 2 euros), par contre il faudra payer autant, voir un peu plus pour une boisson et un popcorn… que vous pourrez aussi échanger contre un Pepsi / samousa si l’envie vous en prend ; original !

Une autre ville haute en couleurs, et dernière ville de notre roadtrip : Jaisalmer, la cité d’or. Ville au coeur du désert du Thar, elle est la dernière grande ville avant la frontière pakistanaise. Ses rues sont recouvertes d’une fine pellicule de sable, et les dromadaires volent un peu la vedette aux vaches sacrées. Le principal intérêt de cette ville est bien sur sa proximité avec le désert et la possibilité de faire un safari dans les dunes, de jour comme de nuit.

Malheureusement (ou heureusement), nous avons renoncé à cette expérience au milieu du désert. Arrivés à la fin de notre voyage en Inde, le budget ne suivait plus et après mon expérience au village des éléphants, je n’avais que moyennement envie de me balader sur le dos d’un dromadaire pendant de longues heures. Vu le contexte un peu touristique de ces safari, je ne suis pas certaine que ces dromadaires soient vraiment bien traités, malgré le fait qu’ils soient dans leur habitat naturel, contrairement aux éléphants de Jaipur.

Nous avons donc décidé de profiter de la ville et de son magnifique centre où nous avons découvert tout un dédale de maisons accolées et de ruelles étroites, cachées au sein de remparts immenses. Et si l’on prend en compte l’ambiance détendue et les nombreux visages souriants, c’est vraiment une ville qu’il ne faut pas hésiter à découvrir.

Dur retour à New Delhi

Ahhh New Delhi… décidément cette ville nous porte la poisse ! Si seulement nous avions juste pu terminer ce voyage tranquillement, avec les magnifiques paysages désertiques de Jaisalmer en tête… mais non !

Après 14h de trajet en voiture et seulement une pause (oui Victor est fou !), nous arrivons enfin à New Delhi à 23h, avec pour seule envie rejoindre notre dernier hôtel, pour récupérer un peu, avant de prendre notre avion pour la Thaïlande le lendemain matin. Victor nous dépose devant l’hôtel, nous le remercions pour ce long périple, patati patata… et là vient l’heure du tips, qui, ont l’aura compris, devient indispensable en Inde. Nous nous étions renseignés auparavant sur le montant du pourboire à donner à un chauffeur et nous étions contents d’avoir fait nos petites économies de fin de voyage pour pouvoir lui donner un bon pourboire… enfin bon, à nos yeux seulement !

Je lui tends son tips, d’environ 40 euros et là il me dit que ça ne suffit pas. Il veut 100 euros ! On reste bouche bée ! S’en suit tout un débat sur les tips et sur le fait que ni lui, ni l’agence n’avaient évoqué un tel montant, que le tips n’est en aucun cas une obligation, que l’on s’est renseigné sur le montant et que ça nous parait plus que correct… et surtout que nous sommes backpackers et que nous n’avons plus un rond ! Il nous restait seulement de quoi payer la nuit d’hôtel (hôtel miteux je précise) et le taxi pour rejoindre l’aéroport le lendemain. Apres facilement 20mn à débattre en pleine rue, Olivier lui propose de retirer 15 euros de plus, mais finalement il refuse et repart déçu… déçu tout autant que nous sommes d’avoir encore cette affreuse impression de n’être qu’un portefeuille ambulant !

Bilan de ce voyage en Inde

Depuis que nous sommes en Thaïlande, nous avons rencontré de nombreux voyageurs qui nous ont posé la même question : « alors l’Inde, c’était bien ? »… En fait, il est difficile de répondre à cette question de manière tranchée. Même les voyageurs croisés en chemin ont eu des expériences très différentes.

les jolies rencontres
Les jolies rencontres.

Pour notre part, c’est un bilan mitigé : Un énorme OUI pour les paysage magnifiques, la cuisine indiennes succulente, les lieux culturels tellement riches en histoire, la musique, les couleurs vives et joyeuses malgré la pauvreté ambiante, et les sourires des femmes et des enfants qui nous laissent de très beaux souvenirs.

les jolies rencontres

Par contre, un NON pour les regards très pesants des hommes qui te dévisagent de haut en bas, en s’arrêtant bien à tous les étages (même avec Olivier). Mais ma plus grande déception est le manque d’honnêteté, le manque de sincérité et d’authenticité des rencontres qui sont bien trop souvent intéressées. Les indiens sont généralement très curieux et le contact se fait plutôt rapidement. On nous a arrêté de nombreuses fois pour nous demander de prendre des photos avec nous. J’ai eu bon espoir de réussir à partager quelque chose d’un peu plus authentique… Mais je garde cette fâcheuse impression qu’une barrière culturelle infranchissable subsiste entre nous et les locaux. Cela peut se comprendre, au regard de la barrière des castes qui existe entre les indiens eux-mêmes, à quoi s’ajoute la domination britannique passée qui, selon moi, influence fortement aujourd’hui le regard des indiens sur les occidentaux.

L’Inde reste cependant un magnifique pays que j’aimerais pouvoir découvrir à nouveau… pourquoi pas le sud pour la prochaine fois ? 😉

Publicités

4 réflexions sur “ Roadtrip au Rajasthan – 2eme partie ”

  1. J’adore te lire Nadège ! J’attends la suite des aventures avec impatience 🙂 Bon séjour en Thaïlande et apparemment Joyeux Anniversaire avec quelques jours de retard. Bisous. Jennifer

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s