organiser un tour du monde

Organiser un tour du monde en 14 étapes

Dans cet article…
1. Choisir les destinations
2. Définir la durée du voyage
3. Estimer le budget
4. Choisir ses billets d’avion
5. Prendre une assurance
6. Demander les visas
7. Se refaire une santé
8. Préparer son sac à dos
9. Planifier les itinéraires & Road trips
10. Réserver les hébergements
11. Organiser les moyens de transports
12. Préparer son absence
13. Apprendre les langues
14. Profiter !

J’ai déjà évoqué les raisons qui nous ont poussées à tout plaquer pour un voyage autour du monde, ainsi que notre parcours prévisionnel de pays en pays. Si vous aussi vous êtes tentés pour vivre la vie d’un backpacker, voici par quoi tout commence…

Après avoir tant rêver de voyage, çà y est vous y êtes… c’est décidé, vous voulez partir pour un tour du monde ! Respirez un bon coup, et c’est parti pour les premières étapes de l’organisation de ce grand voyage 😉 ! Voici point par point les éléments auxquels nous avons réfléchit pour construire notre voyage. J’espère que ces diverses étapes vous aideront aussi à préparer un voyage qui vous ressemble.

Choisir les destinations

destinations

Tout commence par là ! Rêver de tour du monde, ok, mais il y a bien certains pays qui nous attirent plus que d’autres, n’est-ce pas ? Puis il y a aussi l’envie de découvrir des pays vers lesquels nous ne serions peut être pas allés de prime abord, par exemple le Chili que nous ne connaissons absolument pas.

A vrai dire, on a d’abord mis une option sur les pays coup de coeur, ceux dont on rêve depuis toujours… pour ma part c’est l’Inde, et la Nouvelle-Zélande. Puis il y a les paysages à couper le souffle, ceux qui nous donnent envie d’y plonger le regard pendant des heures et des heures… La baie d’Ha Long au Vietnam, les chutes d’Iguazu en Argentine, La baie de Guanaraba à Rio… j’ai dû renoncer aux deux derniers, mais c’est à charge de revanche ;).

La question du budget a bien sûr influencée notre choix de parcours. Nous passerons plus de la moitié du voyage dans des pays d’Asie, dont le coût de la vie est abordable.

Le choix de la période du départ va aussi influencer l’itinéraire globale. Ce serait dommage de visiter l’Asie en période de mousson par exemple, mais en même temps le fait de partir en basse saison permet de faire des économies. Nous avons donc pas mal suivi le climat de chaque pays, en prenant soin d’éviter les périodes touristiques. Nous nous sommes aidé de l’outil du site quandpartir.com, vraiment pratique !

Cependant, il est difficile de tomber sur la période idéale pour chaque pays. Dans notre cas, notre road-trip en Nouvelle-Zélande se fera à la fin de l’automne / début de l’hiver, une période où le risque de pluie sera plus présent. Néanmoins, cela nous permet d’avoir de bons prix sur la location d’un campervan, tout en nous permettant de découvrir les magnifiques paysages d’automne au pays des kiwis.

2. Durée du voyage

plannifier la durée du voyage

Comme déjà évoqué, nous avons choisi de voyager durant 6 mois, pour des raisons de budget mais aussi pour faciliter notre retour ;). Le but étant aussi de voyager plus « lentement », nous avons limité le nombre de pays à traverser… bon j’avoue que j’ai dû pas mal freiner mes ardeurs ;). Nous resterons en moyenne 3 semaines dans chaque pays ; je pense que c’est un minimum pour pouvoir s’imprégner du pays.

En règle général, un tour du monde se fait entre 6 mois et 1 an. d’ailleurs les billets « tour du monde » sont généralement limités à 1 an.

3. Estimer le budget

budget pour un tour du monde

La budget… le nerf de la guerre ! Je parlerais de notre budget plus en détail dans un prochain article. Pour résumé, les postes de dépense à prendre en compte, dans l’estimation de son budget, sont les suivants :

Frais avant le départ :

  • Billets d’avion
  • Équipement
  • Assurance voyage
  • Frais de santé : Consultations chez le médecin, vaccins, médicaments, traitement anti-paludisme (non remboursé)
  • Déménagement (si c’est votre cas)

Frais pendant le voyage :

  • Transports
  • Hébergements
  • Repas
  • Visas
  • Loisirs & souvenirs
  • Frais bancaires : Pour éviter les frais bancaires, le mieux est d’avoir une banque en ligne.
  • Frais fixes en France : Suivi du courrier, assurance auto (qui doit bien sur rester assurée même dans un garage), garde meuble, abonnement téléphonique, etc

Attention à certains points :

  • La saison : Les prix des logements, billets d’avion et même nourriture peuvent parfois tripler si vous êtes en haute saison. Au contraire, vous trouverez de belles offres en basse saison. Il faut trouver le bon compromis.
  • Taux de change : A surveiller de prêt car il fluctue souvent et peut bien influencer la note final.
  • Bakchich : Oui c’est moche mais çà existe! Certains douaniers profitent de leur autorité pour vous dépouiller de quelques billets… il faut bien sûr refuser d’entretenir cette corruption, mais certaines situations un peu tendues risqueront de vous y soumettre, malheureusement ; il faut juste garder en tête cette réalité.
  • Frais d’entrées de musées et autres lieux culturels.
  • Frais de ménage & taxes de séjour de certains logements.
  • Taxe de service non comprise dans la TVA de certains restaurants. Au Japon, par exemple, cela représente 10% de la note.
  • Appels téléphoniques à l’étranger & connexion internet.

En résumé, pour éviter les mauvaises surprises, il est préférable de  prévoir une marge de 15%.

4. Choisir ses billets d’avion

choisir billets d'avion

Concernant les billets, il y a deux solutions : prendre les billets au fur et à mesure ou prendre un billet tour du monde. Si la première solution laisse plus de souplesse et de liberté, elle n’est pas forcément moins chère, comme on l’imagine souvent. C’est pourquoi on a finalement opté pour un billet tour du monde qui est relativement abordable tout en restant souple sur les dates (possibilité de les modifier gratuitement en ligne en cours de voyage).  La principale contrainte étant une liste de villes « imposée » avec laquelle il faut arriver à jongler. Mais il est possible d’atterrir dans une ville et de repartir d’un autre, par exemple : Atterrir à Bangkok et repartir de Hong Kong, en traversant les différents pays qui séparent ces deux villes, en bus, train, ou bateau, peu importe. Mais cela permet de voir du pays, si l’on dispose de suffisamment de temps. Nous avons donc choisi un billet tour du monde de l’agence ZipWorld. Agence ZipWorld

Nous avons eu de très bons conseils d’une équipe passionnée et réactive. J’ai longuement comparé leurs billets aux alliances très connues Star Alliance, SkyTeam et OneWorld, et à l’agence Travel Nation entre autres et ZipWorld se défend vraiment bien face à ces quatres grands concurrents. Pour exemple, notre billet tour du monde nous coûtera 2700 euros par personne, alors que le tarif d’un billet équivalent approchait plus les 4000 euros avec d’autres agences (Je détaillerais le calcul du budget dans un prochain post).

5. Prendre une assurance

assurance voyage

Nous avons pris l’assurance Globe Partner proposée par l’agence ZipWorld chez qui nous avons acheté les billets d’avions. Nous avons choisi de couvrir seulement les 3 derniers mois de voyage, pour éviter des frais en doublons (les 3 premiers mois étant couverts par l’assurance de notre carte bancaire).

En terme d’assurance voyage, Chapka est très réputée et largement recommandée, et c’est certainement celle-ci que nous aurions choisie pour un voyage plus long.

Conserver aussi avec vous le guide de votre assurance voyage : il contient les conditions d’assurance, les numéros d’urgences et les diverses procédures à suivre en cas de pépins.

6. Demander les visas

visas

Tout d’abord, il n’y a pas systématiquement besoin de visas selon le pays visité et la durée du séjour. Nous n’en aurons donc pas besoin pour le Chili, et la Nouvelle-Zélande. La Thaïlande n’exige pas non plus de visa pour une durée inférieure à 30 jours (si vous débarquez par avion), par contre nous devrons en prendre un quand nous reviendrons sur Bangkok quelques jours plus tard, par voie terrestre.

Pour les diverses demandes de visa, il faut bien sûr s’adresser aux ambassades ou consulats du pays en question. Vous obtiendrez alors la liste des documents à fournir et la marche à suivre (qui diffère d’un pays à l’autre, sinon ce serait trop facile 😉 ! ). De même, le tarif d’un visa est très variable d’un pays à l’autre, de 20 à 100 euros en règle générale.

La demande de visa est vraiment la partie moins drôle des préparatifs, il faut l’avouer. Mais pensez à vous y prendre assez tôt pour déposer vos dossiers et surtout réunir tous les documents nécessaires.

Il vous faut aussi un passeport en cours de validité (il devra encore être valable au moins quelques mois à votre retour en France). Selon la procédure, vous devrez même envoyer votre passeport original ; solution que je n’ai pas choisi car je n’ai pas vraiment envie qu’il se perde en route, sachant que le coût et le délai pour refaire un passeport ne sont pas négligeables (je sais, je psychote 😉 ).

Autre point, certains pays demandent d’être en possession d’un billet retour pour justifier de la durée du visa demandé… Pour nous pas de soucis comme nous avons un billet tour du monde. Par contre, pour ceux qui souhaitent acheter leurs billets au fur et à mesure, c’est plus délicat. Mais si vous expliquez gentiment votre situation, cela devrait passer comme une lettre à la poste :).

Pour les visas demandés aux frontières terrestres, il n’y a pas d’exigence de billet retour. Par contre, vous devrez fournir une photo d’identité et prévoir quelques dollars pour régler l’addition (vous éviterez ainsi de vous faire avoir sur le taux de change). Si vous n’avez pas de photo au moment de faire le visa, il vous sera facturé la coquette somme de 1€ supplémentaire :-). Attention, certains voyageurs se sont  déjà fait avoir et ont dû débourser 8€ pour un oubli de photo… Ce n’est pas que ce soit cher en soi, mais plutôt que c’est moche de se faire rouler dans la farine ;-p. Du coup j’ai prévu le coup, je me suis fais un petit stock de ma trombine en 35x45mm 🙂 (50x50mm pour les normes américaines).

Vous trouverez de bons conseils sur le site du ministères des affaires étrangères, dans la rubrique Entrée / Séjour.

7. Se refaire une santé

Surveiller sa santé avant un long voyage

Avant de partir pour un long périple, il est nécessaire de passer par la case médecin. J’ai aussi trouvé de très bons conseils sur le site Safetravel. Je vous invite donc à consulter l’article « Vaccinations recommandées pour tous les voyageurs » (et à consulter votre médecin bien entendu 😉 ).

On trouve également sur ce site web, un modèle de pharmacie de voyage, très utile.

Attention car tous les types de médicaments ne passeront pas les douanes (ex: les médicaments à base de codéine). Se renseigner donc auprès de son médecin pour obtenir une ordonnances de médicaments à dénomination internationale commune (DCI)(ex: Paracetamol pour le Doliprane).

8. Préparer son sac à dos

préparer son sac a dos

J’ai déjà évoqué le sujet dans un précédent article ou vous pourrez trouver le détail de nos sac à dos, attention il y a de la lecture 🙂 !

Le plus important est de faire un test avec son sac rempli et de se sentir à l’aise avec. Si il reste trop lourd, je vous conseil de refaire un tri en sacrifiant quelques babioles.

Faites une croix sur les objets « au cas où ». Le but est d’avoir l’essentiel et surtout d’être à l’aise pour porter son sac. Son poids ne devrait pas excéder 15% de votre propre poids. Dites vous que vous l’aurez constamment sur le dos (et c’est peu dire 😉 ), alors çà vaut la peine d’y réfléchir à deux fois avant d’embarquer ses 12 t-shirts préférés ;).

Il y a beaucoup de choses que vous pourrez trouver en chemin, et pour un prix souvent inférieur à ce qu’on pourrait acheter en France.

Par exemple, comme nous serons dans des pays chauds, la majorité du voyage, il est inutile de s’encombrer d’une doudoune qui nous servira uniquement en Nouvelle-Zélande. Nous prendrons juste un pull ou petite veste pour les soirées fraîches, quitte à investir un peu dans une polaire en Nouvelle-Zélande.

9. Planifier les itinéraires & Roads trips

itinéraires

On ne prépare pas un voyage de 6 mois comme on prépare un voyage de 2 semaines. Ce serait extrêmement long de planifier tous les détails à l’avance, comme les réservations d’hôtels et de transports, les lieux à visiter etc. Bravo aux courageux qui se lancent mais personnellement je ne me frotterais pas à une telle organisation. Nous envisageons plus ce voyage comme une aventure en mode routard plutôt que de longues vacances d’été. Il est donc évident pour nous de prévoir seulement le minimum et de se laisser porter par le voyage le reste du temps. Néanmoins, il serait bête de passer à côté d’un superbe lieu juste à cause d’un manque d’informations. Aussi, il est essentiel de se renseigner un minimum sur les distances à parcourir, pour ne pas se retrouver pris de court.

Je me suis donc constitué mon petit carnet de route, à l’ancienne, avec des cartes pour chaque pays où j’ai tracé mon petit itinéraire. J’y ai ajouté quelques articles débusqués dans des magazines, comme Lonely Planet ou A/R Magazine, ou encore des articles trouvés sur la toile. L’avantage est que mon petit guide personnalisé pèse beaucoup moins lourd que plusieurs guides de voyage.

Ma petite astuce  : Profiter des salons du tourisme pour se faire un petit stock d’idées d’itinéraires et excursions. Cela peut effectivement servir de base pour construire son propre itinéraire. Çà m’a par exemple permis de constater que nous allions passer par une région thaïlandaise, l’Isaan, totalement oubliée par les agences de tourisme. Du coup, j’ai encore plus hâte de la découvrir 🙂 !

Pour ne pas s’encombrer du poids de guides de voyage, j’ai aussi opté pour la solution des guides numériques, installés sur mon PC portable. Même chose avec mon téléphone mobile, sur lequel j’ai installé plusieurs applications, qui permettent d’avoir accès à des cartes hors ligne (maps.me) ainsi que des guides de voyages comme Triposo ou Tourist Eyes. Je suis aussi complètement fan des applications qui permettent de se construire un itinéraire, comme Roadtrippers ou Tripigator (uniquement pour l’Inde).

Avec tous çà il y a de quoi faire, et si çà ne suffit pas, il reste toujours les cartes et guides à dispositions dans les gares et offices de tourisme.

10. Réserver les hébergements

hébergements

Concrètement, nous allons réserver seulement les 2 ou 3 premières nuits d’hébergement à l’arrivée d’un pays. Le reste du temps, nous improviserons sur place. Il est vrai que la recherche d’un hébergement au jour le jour peut faire perdre un peu de temps, mais il permet de ne pas avoir de mauvaises surprises, puisqu’on a la possibilité de visiter la chambre avant de la louer. Dans certains pays on pourra même négocier un peu le prix de la nuit, si l’on tombe sur un hôtel presque vide par exemple. Mais c’est un exercice dans lequel je ne suis pas du tout douée !

L’autre avantage est de ne pas se prendre la tête à chercher son hôtel pendant des heures sur une vieille carte qui n’est pas à l’échelle (c’est du vécu 😉 ) ou faire confiance à un chauffeur de taxi qui fait 10 fois le tour du quartier avant de vous déposer. Il faut néanmoins faire attention à ne pas se retrouver coincé à devoir louer la première chambre d’hôtel venue, et se faire ainsi avoir sur le prix. Mon astuce est de faire une petite liste d’hôtels/auberges/chambres d’hôtes correspondants à son budget, juste au cas où. Pour cela, les applications de TripAdvisor ou Triposo (oui encore elle), par exemple, sont très bien.

11. Organiser les divers moyens de transports

transports

Il est essentiel de se renseigner à l’avance sur les moyens de transports les plus pratiques selon les pays. Par exemple, le train est notre moyen de transports principal au Japon, mais un vrai parcours du combattant en Inde.

Organiser les moyens de transport permet aussi d’avoir une première estimation de ce poste de dépense.

Pour joindre l’utile à l’agréable, ou plutôt pour profiter des longs trajets et s’éviter de payer une nuit d’hôtel, il peut être astucieux de voyager en bus ou train de nuit avec couchettes. Le confort n’est pas 5 étoiles, certes, mais cela permet de trouver le temps de trajet moins long (forcément, puisque l’on dors !).

Pensez-donc à télécharger quelques applications utiles pour vos déplacements, comme par exemple l’application RedBus qui nous sera très utile en Inde.

12. Préparer son absence

Organiser son absence

  • Prendre ses dispositions pour quitter son travail / prendre un congé sabbatique.
  • Quitter son logement et louer un garde meuble : Ce sera notre cas, car nous ne pouvons sous-louer notre logement ni continuer de payer le loyer pendant notre absence. Nous allons donc quitter notre appartement et louer un box pour stocker nos affaires.
  • Mettre à jour l’assurance de votre voiture : Votre voiture, laissée en France, dormira certainement au garage. Il faut cependant l’assurer en conséquence. Il peut être judicieux de renégocier son contrat pour payer le strict minimum durant votre absence, si la voiture n’est pas destinée à rouler. Vous pouvez au contraire, confier votre véhicule à une personne de confiance qui pourra gérer sa location par exemple (grâce aux sites web comme Drivy ou Ouicar entre autres).
  • Arrêter tous les abonnements en cours dont vous n’aurez plus besoin : Ligne téléphonique fixe, Internet, box TV, magazines etc.
  • Mettre en place un suivi de courrier ou changement d’adresse auprès de la poste : Cette démarche peut s’effectuer en ligne. Dans ce cas vous recevrez un courrier de confirmation.
  • Réunir tous ses documents administratifs : Confier les originaux  à un proche et conserver une photocopie sur vous pendant le voyage (exception faite pour les documents originaux à avoir impérativement avec vous en voyage bien sûr).

13. Apprendre les langues

apprendre les langues étrangères

Il est toujours pratique de connaître les expressions de base d’une langue, pour arriver à se débrouiller dans des situations comme demander son chemin, réserver un hôtel, commander à manger, les chiffres (pour demander une heure, un prix, une date…), les formules de politesses, etc, sans oublier la fameuse phrase : « désolée, je ne comprend pas! » 😉

J’ai téléchargé plusieurs applications comme Babbel ou Duolinguo qui sont des références dans les applications du genre ; mais toutes les langues ne sont pas disponibles.

J’avoue avoir essayé de me mettre au thaïlandais… Une catastrophe! Je ne saisi pas encore la subtilité de la prononciation thaï ! J’ai quand même ma petite liste sonore de phrases toutes faites, en mode débrouille (en alphabet latin et thaï bien sûr.)

Je parlais plus haut, de l’application Triposo… en plus d’être un bon guide voyage, l’appli propose une liste de phrases types selon les pays. Un vrai bonheur!

Pour les langues plus compliquées, à l’alphabet totalement indéchiffrable, accompagné d’un accent à couper au couteau, il y a le livre d’illustrations « G’palémo », en petit format. Il peut vraiment vous sauvez la vie ; Surtout dans les cas où votre précieux portable et ses applis auraient décidé de vous lâcher 😉 .

14. Profiter !

profiter

Çà y est, le voyage se rapproche, alors il faut profiter! Profiter des amis et de la famille, et profiter de manger tout ce que l’on ne pourra plus manger durant quelques mois (hummm charcuterie, fromages, petits croissants chauds et chocolat!).

trépigner d'impatienceEt pour finir, détendez-vous et continuez de rêver encore et toujours du voyage en l’attendant patiemment… Bon d’accord, vous avez le droit de trépigner un peu 😉 !

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s